American Honey

American Honey

Réalisé par : Andrea Arnold
Date de sortie : 8 février 2017

La Critique de Cinéphiles 44 :
Prix du Jury à Cannes, on attendait avec hâte la sortie du dernier long-métrage de la réalisatrice de Fish Tank. American Honey est censé nous transporter dans un univers musical mouvementé par ces jeunes qui sillonnent le Midwest pour vendre des magazines et se satisfaire de ce mode de vie nomade. Même si on peut entendre quelques morceaux de pop, country, alternatif ou du rap et RnB, on s’attendait à un rythme plus dynamique. Au fond American Honey répète sa propre histoire pendant près de trois heures et on finit par ressentir le besoin de quitter le van. Car ces jeunes en marge de la société en rupture totale avec leurs familles ne font qu’arpenter les routes sans ambition et n’avancent et n’apprennent rien pour leur vie future. On se demande alors quel est l’objectif de ce quasi documentaire. Où est la leçon ? Le sexe, la danse, la manipulation, la vente, la drogue, les coups bas, la solitude, Andrea Arnold montre beaucoup de choses mais n’exploite rien dans son fond. American Honey est un film plein de promesses mais qui se révèle être asséché de toute conscience.
5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s