Un violent désir de bonheur

Un violent désir de bonheur

Réalisé par : Clément Schneider
Date de sortie : 26 décembre 2018

La critique Cinéphiles 44 :
1792, c’est la Révolution Française. Un couvent est réquisitionné par l’armée. L’acteur Quentin Dolmaire campe le rôle d’un jeune moine qui va s’ouvrir peu à peu aux idéaux révolutionnaires et aux principes contraires à sa vocation, la sexualité. « Un violent désir de bonheur » est une fable qui interroge avec lyrisme sur la notion de bonheur face aux rudiments de la foi et l’essence de la liberté. C’est un conte qui utilise des mots pour exprimer la fabulation. Le récit prétexte certes une période historique, mais est tellement hors du temps qu’il a du mal à placer son réalisme. En fait, le cinéaste Clément Schneider cherche surtout à montrer que l’amour peut-être révolutionnaire. Les métaphores sont alors de mises, mais les dialogues chancellent trop souvent dans la chimère pour être maîtrisés.

5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s