Filles de joie

Filles de joie

Réalisé par : Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich
Date de sortie : 22 juin 2020

La critique Cinéphiles 44 :
Dans “Filles de joie”, Sara Forestier, Noémie Lvovsky et Annabelle Lengronne mènent une double vie. Ces femmes du nord de la France se retrouvent chaque jour sur un parking pour traverser la frontière de Belgique et exercer leur profession de prostituées en maison close. Le titre du film est plein de sens car si en apparence, elles semblent heureuses et qu’il s’agit de l’expression donnée aux travailleuses du sexe, le personnage de Sara Forestier élève son enfant dans un HLM en tentant de fuir les violences de son ex mari, celui d’Annabelle Lengronne vit dans le même immeuble et doit se battre contre ses démons intérieurs, tandis que celui de Noémie Lvovsky fait tout pour subvenir aux besoins de sa famille sans qu’ils ne s’en rendent compte. Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich se servent de l’humour pour aborder le combat douloureux de ces femmes désarmées de par leur condition sociale. Les co-réalisateurs ont également souhaité leur redonner leur dignité en leur offrant la possibilité de se venger comme nombre de scènes violentes le démontreront. “Filles de joie” est long-métrage qui soulève des questions sociales tout en assumant une certaine exagération pour se rendre divertissant.

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s