Une jeunesse dorée

Une jeunesse dorée

Réalisé par : Eva Ionesco
Date de sortie : 16 janvier 2019

La critique Cinéphiles 44 :
Paris 1979, Galatea Bellugi joue une adolescente de 16 ans très libre et éprise d’un amour fou de Lukas Ionesco, qui joue un peintre fauché. De fêtes en fêtes ils rencontrent un couple libertin joué par Isabelle Huppert et Melvil Poupaud. Une passion faite de manipulations va naître entre les deux couples. « Une jeunesse dorée » décrit une société d’autodestruction entre les paillettes et l’alcool. Bien que les costumes et l’énergie déployée pour faire briller ces caricatures soit louable, le film ne parvient pas à trouver le ton juste entre l’ironie et le drame. Les acteurs n’y semblent d’ailleurs pas y trouver place.

5/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s