La prisonnière

La prisonnière

Réalisé par : Henri-Georges Clouzot
Date de sortie : 20 novembre 1968

La critique Cinéphiles 44 :
Sorti en 1968, “La prisonnière” est le dernier long-métrage d’Henri-Georges Clouzot. Rejeté par la presse et les spectateurs de l’époque pour son côté amoral, le réalisateur décortique ici la notion de l’amour traditionnel et le pousse dans ses désirs les plus cachés. Après avoir exposé son point de vue sur la superficialité de l’art et des bourgeois qui baignent dedans, Clouzot montre l’épuisement du couple au fil du temps. Alors qu’elle coule une vie tranquille avec son partenaire, une jeune femme se laisse porter aux jeux de la soumission sexuelle avec un photographe, au fur et à mesure qu’elle devient prisonnière de ses propres fantasmes. Construit sur des illusions d’optique, le montage et l’esthétisme du film imposent un style fondé sur la psychologie des personnages plutôt que leurs actes. C’est d’ailleurs une idée qu’il avait déjà imaginé pour son film inachevé “L’enfer”. Derrière le sadomasochisme malaisant, le premier film en couleurs de Clouzot est pourtant son plus hypnotique et ambitieux.

8/10

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s