Bruno Reidal, confession d’un meurtrier

Bruno Reidal, confession d’un meurtrier

Réalisé par : Vincent Le Port
Date de sortie : 23 mars 2022

La critique Cinéphiles 44 :
Présenté à la Semaine de la Critique de Cannes et lauréat du Prix Fondation Gan, “Bruno Reidal, confession d’un meurtrier” s’inspire d’un fait divers qui a eu lieu dans le Cantal en 1905. Un jeune et chétif séminariste de 17 ans, Bruno Reidal, a décapité un enfant de 13 ans. Le corps a été retrouvé à la sortie d’un petit village. Enfermé, les médecins cherchent alors à comprendre ses pensées en l’interrogeant chaque jour. A son tour, le garçon se plaint alors de la tristesse de ce monde et s’enferme dans ses masturbations avec des pensées de meurtres. Ces obsessions sanguinaires ne semblent se matérialiser que par ses actes intimes. Marturbation par-ci, masturbation par là, et par un enfant en plus. Non, le message ne passe pas. Le long-métrage de Vincent Le Port dérange sans se justifier et emploie un ton monotone sans jamais décoller. 

2/10

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s