Quai des Orfèvres

Quai des Orfèvres

Réalisé par : Henri-Georges Clouzot
Date de sortie : 3 octobre 1947

La critique Cinéphiles 44 :
Jenny est une chanteuse de music-hall qui aspire à mieux. Elle accepte l’invitation d’un homme riche qui peut l’aider dans sa carrière, malgré les réticences de son mari. Jaloux, il se rend alors chez lui et découvre son corps assassiné. Un inspecteur de la Police Judiciaire se saisit de l’enquête et bien entendu le mari de Jenny est suspecté. C’est dans une ambiance qui respecte tous les codes du film noir, que Clouzot s’entoure de comédiens tous plus convaincants les uns des autres. Le cinéaste s’amuse à mettre en scène leurs doutes et mensonges, leurs vérités et embarras. Personne n’est tout noir ou tout blanc. Tout vacille à un moment ou un autre dans des situations immorales et la police n’est pas exemptée de cette façade. Sous ses apparences simplistes et sans enjeux scénaristiques, “Quai des Orfèvres” s’avère être un classique du cinéma français d’après-guerre. 

8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s