Les espions

Les espions

Réalisé par : Henri-Georges Clouzot
Date de sortie : 11 octobre 1957

La critique Cinéphiles 44 :
Le docteur Malik n’a que deux patients dans sa clinique psychiatrique. Fauché et alcoolique, il accepte d’héberger un homme mystérieux à la demande d’un militaire américain et en échange d’une forte somme. Le militaire lui conseille de ne rien dire, rien entendre et ne rien voir. Mais lorsque une infirmière remplaçante, deux adjoints et un chroniqueur radio débarquent tels des espions, il est impossible pour le médecin de rester muet, sourd et aveugle. Si l’introduction intrigue, Henri-Georges Clouzot ne parvient pas à instiller une atmosphère inquiétante. Son idée de jouer sur ce tableau avec celui de l’absurde kafkaïen résonne comme un brouillon qu’on ne comprend pas toujours. Joué avec exagération, “Les espions” devait sauver un peu l’échec de son précédent film “Le Mystère Picasso”. Perdu dans des rebondissements à rallonge, Clouzot n’a pas su créer la contradiction avec finesse.

5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s